Évaluer cet élément
(2 Votes)

PRATIQUE DE L'HYPNOSE ET PHENOMENOLOGIE

Comment écouter, comment observer, quoi répondre, quelle pratique de l’hypnose en cabinet de consultation ? La posture phénoménologique questionne ce qui apparaît, ouvre et permet de mettre en lumière la réalité, le “là” depuis lequel la personne existe. Cette réalité est celle du mode d’être au monde.
Aucun mode d’être au monde ne peut être soumis à une grille de lecture ou une étiquette psychologique ! L’étiquette est une limite. Le praticien qui suggère ou diagnostique est un imposteur, un féticheur.

Trop nombreux sont ceux qui s’octroient de positionner le client/patient dans une case.

Qui-suis-je pour imposer à l’autre mes limites, tant bien soient-elles, érudites ? 

Mais déjà, trop nombreux sont ceux aussi, qui dans la vie courante, intime, publique, s’adonnent aux petites analyses. “Je suis”, “C’est ma nature”, “Il faut faire et penser comme cela”. La petite femme ennuie son compagnon en arguant l’histoire immuable de son existence. Le dernier homme se plie au poids et aux jougs de la compassion qui le hissent à la superbe et à la puissance. Reconnait-il qu’il déplie un funeste destin ?

L’histoire que l’on raconte nous méprend-elle dans son incessante répétition ? Les interprétations causalistes plient les êtres humains à fermer leur univers. La dictature du “On” se lit non seulement dans les ouvrages de psychologie mais aussi dans les bavardages des abonnés aux dispositifs et sermons de la pègre.

Silencer l’histoire, la causalité, les interprétations et, là, derrière les fagots, se fraie la lumière. Le maïeuticien phénoménologue rentre en jeu. Il interroge la signification immanente des phénomènes observés, il joue avec le client/patient à surprendre un langage sorti de l’ombre. De toute façon, les phénomènes parlent d’eux-mêmes ; ils s’explorent, afin de saisir non pas un sens mais une relation au monde, non pas un « qui suis-je ? », sujet « diagnosticable » mais à ce qui apparait, à ce qui ouvre au monde antéprédicatif et donne le ton au temps du devenir vers un projet qui métamorphose l’être ouvert à tant de possible.

Lu 661 fois